Aujourd’hui, j’ai sauvé des vies (ce sont les soldes)

Pour la première année depuis longtemps, nous avons dû faire les soldes avec les enfants dans les pattes. Ce fut épique, mais nous en sommes sortis vivants, tous les cinq !

Il faut que vous sachiez que lors des soldes, j’achète généralement toujours les mêmes trucs : les cadeaux de Noël de l’année prochaine (bon, ben cette année, les cadeaux de mes enfants, ce n’était pas possible puisqu’ils étaient là), de belles bougies pour les fêtes de fin d’année (dans un an donc) et des pochettes en papier décorés « Noël » pour les biscuits que j’offrirai l’hiver prochain. Oui, j’anticipe.

Manque de pot, cette année chez Ikea, les trucs de Noël sont quasiment déjà tous liquidés (si j’avais su, je serais venue une semaine plus tôt) : donc pas de bougies ou presque pas (en tout cas, pas les jolies bougies numérotées pour l’Avent), plus du tout de sachets en papier pour mes biscuits (mince, je vais devoir faire autrement) et, heureusement, les peluches, elles, étaient bien en soldes ce qui m’a permis de prévoir les cadeaux de mes petites cousines (bon, et mes gamins en ont profité pour s’en payer aussi, visiblement, ils en ont encore l’âge d’aimer les peluches)

Pour les fringues, j’ai investi dans une veste en polaire pour aller au sport (ouais, je fais de la gym suédoise et tout le monde se moque de moi quand ils entendent ça…) et Monsieur s’est payé « la même paire de baskets qu’il y a trois ans, mais pas la même parce que ce modèle-là on ne le fait plus (évidemment), mais c’est la même qualité, allez-y, c’est bon, elles vous dureront aussi longtemps » à moitié prix.

Il me restera à acheter des t-shirts d’hiver en 12ans pour l’année prochaine pour mon aîné (qui met du 10ans actuellement). Oui, c’est de l’anticipation, et ma mère se moque gentiment de moi, mais c’est tellement plus simple de prévoir d’avance et de ne pas avoir à courir les magasins au dernier moment ! Pour les cadeaux, je sors ma boîte en octobre/novembre pour tout emballer et je n’ai plus qu’à tout sortir à Noël.

Pour les vêtements d’enfants, pareil: en septembre, pas la peine de courir les magasins pour refaire la garde robe, j’ouvre mon tiroir et hop ! Rhabillés pour l’hiver. Je ne m’en fais pas pour la taille s’il ne rentre plus dans du 12ans l’année prochaine (on ne sait jamais, il s’approche de l’adolescence tout doucement, ça grandit vite ces bêtes-là), il a deux frères derrière à qui ça ira un jour ou l’autre ! D’ailleurs, une année, mes deux aînés se sont retrouvés avec la même taille de vêtements (n°2 ayant grandi, n°1 non) et j’ai dû racheter des 2-3 tshirts/pantalons en 8ans pour pouvoir les habiller tous les deux. Du coup, le petit dernier se retrouve avec une collection monstrueuse de fringues à sa taille cette année et sans doute aussi l’année prochaine !

Pour en revenir au titre de l’article, j’ai donc sauvé deux vies aujourd’hui : j’ai acheté deux pauvres petites plantes de chez Ikea (ils en avaient tellement pitié qu’ils les faisaient à 50centimes pièce). Quand l’♂ les a vu, il a levé les yeux au ciel en disant que c’était cause perdue. C’était un spathiphyllum et un chlorophytum. Mais je les connais ces variétés, ça fait des années que j’essaye de les tuer et je n’ai pas encore réussi. 😛 Bref, j’ai juste eu à les arroser pour qu’elles redressent fièrement la tête (mais je l’avais dit à mon ♂ : elles manquent juste d’eau !)

Je n’ai en revanche pas tenté le sauvetage d’un plan d’Aloé, qui avait pourtant dû être superbe, parce que je crois que les Aloés ne m’aiment pas du tout (genre, ils font partis de la liste des plantes « increvables » que j’ai réussi à faire crever plusieurs fois !) Pourtant je suis bien les modes d’emploi et les conseils, mais non, quand ça veut pas, ça veut pas…

Télécharger cet article en ebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *