L’heure des bilans

En janvier, c’est le moment de faire les différents bilans de l’année passée.

Cela fait trois ans maintenant que je relève nos consommations électriques et d’eau toutes les semaines. Au départ, c’était par curiosité, histoire de vérifier que nous n’étions pas des paniers percés en matière d’écologie.

Aussi, les deux premières années, je n’avais pas d’objectifs précis, juste celui de voir et constater si, en comparaison avec les consommations-type des autres, nous étions bons ou mauvais élèves.

Les consommations-types, ce sont celles que l’on trouve sur les sites des vendeurs d’électricité (je pense qu’elles sont un peu surévaluées pour vous vendre un compteur supérieur, genre moi, on me propose toujours un 9kw alors qu’un 6kw me convient parfaitement) et sur les sites écolos. Elles sont souvent très succinctes et je pense qu’elles surévaluent beaucoup de chose.

Mais bon, c’est soit pour vous vendre un abonnement plus cher (hé, business is business), soit, sans doute, pour vous faire un peu peur (booooo ! 15litres d’eau pour 200ml d’urine, booooo, pas bieeeen !)

En tout cas, déjà dès la première année, nos consommations étaient bien en deçà de ces « références ». Pour autant, je trouvais que nous consommions quand même pas mal. Aussi, en 2015, je m’étais fixé des objectifs de réduction assez faciles à atteindre mais tout de même en dessous de ce que nous avions consommés l’année précédente.

En 2013 et en 2014, nous avions consommés :

  • 4401 kwh et 4367 kwh d’électricité
  • 84952 litres et 83999 litres d’eau

Nos objectifs étaient donc de 4000kwh et 75000litres maximum pour 2015 (objectifs largement réalisables si on se met à faire attention à ses consommations).

Bilan ?

Objectifs atteints sans trop de difficulté et même explosé en ce qui concerne l’eau !

En électricité, nous avons consommés 3827 kwh et pour l’eau, attention les yeux, 68731 litres ! Bref, de quoi nous redonner un peu de sourire après une année pas terrible sur d’autres points (mais toujours moins pire que 2013, hahaha…)

Si vous aimez les chiffres, cela fait 10,48kwh par jour (soit 2,10kwh par personne) et 188,30 litres par jour (soit 37,66 litres par personne). Je ne me vante pas, c’est toujours trop je pense : nous n’avons jamais coupé la box internet la nuit et nous avons laissé tourner l’ordi sans raison pendant de longues heures, nous avons pris des bains, fait tourner des machines parfois à moitié remplies, vider des bouillottes dans l’évier quand l’eau aurait pu servir à arroser les plantes…)

Mais c’est déjà pas mal quand on annonce 200l par personne et par jour (c’est là que je pense que c’est extrêmement exagéré, évidemment sauf si l’on prend en compte l’eau « non visible » pour arroser les légumes que j’achète ou la consommation du kärcher pour nettoyer le poulailler qui me fournit des oeufs, mais ça je ne peux pas calculer !)
Tout en faisant (un peu) attention, ce n’était pas non plus très difficile.

Nos objectifs pour cette année

Je parle d’objectifs car il ne s’agit pas de bonnes résolutions mais juste de respecter des limites. C’est nettement plus facile de viser un but précis que de se lancer dans des idées vagues et mal définies que sont généralement les « bonnes résolutions » du nouvel an.

De plus, ayant une bonne idée de nos faiblesses et de nos forces, il est plus facile de se fixer des objectifs réalistes (évidemment, si l’on peut faire encore mieux, ce serait le top, mais faire déjà ça, c’est pas mal)

Nos objectifs sont donc les suivants :

  • Ne pas dépasser les 4000kwh de consommation électrique annuelle (comme cette année, en visant 3500kwh si on peut)
  • Ne pas dépasser les 70m3 d’eau (je me laisse une petite marge, on ne sait jamais, mais sinon 65m3 ça serait pas mal aussi)
  • Réduire nos déchets au moins de moitié. Actuellement, nous jetons un sac de 50l par semaine ainsi que sensiblement le même volume d’emballages à recycler, donc ne plus jeter que 25l par semaine (ou ne plus descendre les poubelles qu’une semaine sur deux)
  • Diminuer notre kilométrage annuel. Non calculé l’année dernière, mais il doit être de 11000km par an (si on regarde les années précédentes), donc on va dire moins de 10000 pour être réaliste et moins de 8000 ça serait top (ça commence déjà bien, puisque nous avons peu roulé faute de voiture disponible : on a dû faire 50km depuis le début de l’année avec la voiture de ma mère car la nôtre est au garage depuis Noël…)

Voilà, c’est tout. Tout ce qui pourrait venir en plus (faire plus de trucs par nous-même, réparer tout ce qu’on doit faire réparer, apprendre le piano et l’allemand, et puis se remettre au sport aussi…) sera évidemment un bonus non négligeable, mais pas une obligation !

Télécharger cet article en ebook

2 réflexions au sujet de « L’heure des bilans »

  1. C’est intéressant comme article. Habitant au Québec, mais ayant beaucoup d’amis européens, je constate que nous consommons sans conscience par rapport à vous. La plupart de nos maisons n’ont pas de compteur d’eau… alors impossible de connaître notre consommation. ( et en plus l’eau est gratuite…) pour l’électricité c’est une autre histoire, je ne me suis pas encore donné d’objectif, mais je devrais… il faut dire que notre électricité est bien peu chère alors il faut des convictions écologiques plus qu’économiques… par contre nous avons des poules qui mangent nos déchets de table, un composteur pour ce qu’elles ne mangent pas… nous recyclons beaucoup… très peu de déchets donc. L’important c’est de faire une prise de conscience et de prendre action 😉

    1. Vous avez plus d’eau que nous aussi, ça aide !
      Moi, je vis dans un « bassin hydrique très stressé », c’est-à-dire peu d’eau pour beaucoup de monde, il faut donc retraiter l’eau pour la (re)consommer ce qui a un coût. Dans ma région, c’est très cher par rapport au reste de la France alors on fait attention.
      De plus, notre eau du robinet n’est pas des plus pures et après discussion avec une personne qui a travaillé pour les Eaux du Nord, je me suis remise à filtrer mon eau tellement les taux de métaux lourds, selon lui, étaient élevés. Potable oui, saine sûrement pas.

      J’adorerai avoir des poules et un composteur mais sans jardin (ni balcon), c’est impossible.
      Et oui, l’important c’est de prendre conscience de la manière dont nous vivons et changer ce que l’on peut (ou veut bien aussi, je ne renoncerai jamais au chocolat même si c’est ça serait plus éthique et écolo si je le faisais 😉 )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *