Harry Potter 8 (la pièce, pas le film)

J’ai donc fini par mettre la main sur un exemplaire de la pièce Harry Potter et l’enfant maudit à la bibliothèque.

Je l’ai lu en deux heures (l’avantage des pièces de théâtre, ça se lit vite) et… bon, j’ai vu après que ce n’était pas une pièce écrite par J.K. Rowling, mais d’après une nouvelle qu’elle aurait écrite.

D’où mon sentiment d’avoir lu un truc dérivé d’un univers vaguement Potteresque écrit par des scénaristes de série américaine (et pas les meilleurs).

Avec des tas de trucs qui clochent, comme si les auteurs n’étaient pas des fans et avaient juste repris des points. J’ai peut-être lu un peu vite, mais : comment peuvent-ils réaliser du polynectar en quelques minutes, comme ça en claquant des doigts ? Alors que ça prend un mois à Hermione dans le tome 2. Sans parler de l’usage qui en est fait…

Les dialogues sont… traduits. Ok, mais en version originale, je doute qu’ils soient d’une exceptionnelle qualité vu la traduction qui en a été faite. Ils sonnent faux et se veulent très profonds (relation difficile père-fils, difficulté à devenir soi-même quand on est le fils de…), d’une profondeur qu’ils ne peuvent atteindre puisqu’il faut faire avancer l’histoire : soit on fait une pièce qui bouge et on a des personnages simples, presque caricaturaux, soit on fait une pièce qui réfléchit et là, on limite les actions et on laisse le temps aux relations de se mettre en place et aux personnages de s’installer ! Et puis, quoi, les gamins ont 15 ans, et se comportent comme s’ils avaient 10 ans ! A 15ans, on sait réfléchir un minimum, non ?

En gros, c’est du fan service : On voit réapparaitre les personnages « chouchous » : Dumbledore, Snape/Rogue, Ombrage… On imagine des tas de versions différentes, sur ce qui aurait pu se passer si… (Hermione façon Martine) Mais aucune n’est vraiment satisfaisante. Au final, il aurait bien mieux valu une histoire complètement différente qu’un remix des bouquins, à mon avis.

Sans parler de l’histoire complètement délirante de l’Augurey (appelons ce personnage comme ça pour ne pas spoiler l’histoire à ceux qui voudraient la lire) et qui trahit une incompréhension totale de la relation qui unit Bellatrix Lestrange à Voldemort (et de Voldemort lui-même ! il est l’unique, le plus grand, le meilleur, il ne pense qu’à lui, il méprise Bellatrix !) et du retourneur de temps qui ne marche que 5minutes à chaque fois… sauf pour la dernière scène !

Je passe sur la scène devant le Magenmagot qui tient du total WTF ! Imaginez un peu que Mme Macron, Mme Philippe et le meilleur ennemi d’enfance de Macron se mettent à dire ce qu’ils pensent à l’Assemblée Nationale sans que personne ne trouve ça anormal, c’est ubuesque (malheureusement, ce n’est pas de la qualité d’un Jarry…)

Et un truc qui m’horripile, ce sont les didascalies qui interprètent les sentiments des personnes, du public, de l’ambiance… Une didascalie, ça décrit les mouvements, les attitudes, mais pas l’émotion intérieure d’un personnage ! Laissez au moins ça au metteur en scène !
On écrit « Le public pousse un cri de stupéfaction » et pas « Le public est stupéfait » !

Je sais que J.K.Rowling a adoubé cette pièce, mais je trouve que c’est mauvais. Après, avec les effets spéciaux, la musique, les éclairages, ça peut, peut-être, vous donnez l’impression de passer 2h sympa… Mais c’est pas la pièce du siècle.

Télécharger cet article en ebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *