En attente

Officiellement, je travaille. Officieusement, je ne fais rien. J’attends qu’on m’appelle pour me dire de remplacer un collègue. Pour l’instant aucun malade à déplorer sur la circonscription. Je croise les doigts pour que ça n’arrive pas : pas que je n’aime pas travailler, mais je n’aime pas que les gens tombent malades.

Travail difficile en temps ordinaire, se glisser dans les chaussures d’un prof, ses habitudes, ses cours, ses programmations, ses élèves. Saisir le fonctionnement d’une classe, repérer les trublions, les motivés, les prénoms. Tenter de les faire réellement travailler, alors qu’on est arrivé en retard, qu’on ne reste qu’une journée ou deux, et ne pas se contenter d’aligner les exercices de révisions et les coloriages magiques (je n’en donne jamais). Mais on s’habitue. On peaufine, on repère ce qui fonctionne à (presque) tous les coups, ce qui ne marchent (presque) jamais.

Comment aborder ça en temps de confinement ? Dans une classe, vous voyez les élèves, vous voyez qu’ils n’ont pas encore vu cette notion, qu’ils ont des problèmes sur autre chose. S’adapter pour faire des trucs basiques qu’on peut se permettre, quand un professeur titulaire ne prend pas toujours le temps. Apprendre à toute une classe de CM2 a utiliser une règle correctement, pour faire des traits droits qui ne bougent pas par exemple, parce que ce devrait être acquis depuis longtemps mais ne l’est pas. Mais comment faire, à distance ? Pour obtenir les coordonnées des élèves, les codes de connexion du professeur ? Pour les programmations de la classe, les travaux déjà effectués ? Je me pose beaucoup de questions.

Il m’est arrivé d’entrer dans une classe dont les placards étaient fermés, les programmations et livres de cours à l’intérieur, les cahiers des élèves chez le professeur absent, le cahier-journal inexistant, la fiche de suivi pour le remplaçant non-remplie. Sur place, on se débrouille. On demande à la voisine de classe du papier, des indices sur les méthodes utilisées. Les élèves sont les premiers à vous aider aussi. Mais seule chez soi, face à une écran ?

Même la secrétaire de la circo avait l’air embarrassée par mes questions « On se débrouillera ! On apprend très vite depuis quelques jours… Heureusement, pour l’instant, personne n’est malade. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *