Qu’apprend-t-on à l’école ?

Je m’amuse parfois à lire des trucs rébarbatifs. Le dernier en date, c’était le programme d’enseignement de l’école maternelle qui est entré en vigueur cette année. Ouais, je sais, j’ai une vie palpitante.

L’impression générale est que c’est un texte pour les adultes (voire pour les intellos lorsqu’on préfère dire « éléments langagiers adaptés » à « parler correctement » par exemple) et que ceux qui ont rédigé ce texte le veulent à la portée de tous et prennent donc la peine d’expliquer que « itération » ça veut dire que « trois, c’est deux et puis un » (alors qu’à la place, ils auraient pu dire « savoir compter sur ses doigts jusqu’à 10 », ce qui aurait été réellement à la portée de tous). Beaucoup d’éléments de langages complexes pour dire des choses simples (serait-ce parce que c’est le travail d’universitaires ? je me le demande)

Deuxième impression, le texte a été rédigé puis une fois cela fait, il a fallu rajouter la nouveauté du numérique parce qu’on l’avait oubliée. En gros, dès qu’un « outil » est invoqué (pour apprendre à dessiner, écrire ou lire des lettres, représenter des trucs…), on a rajouté derrière le premier outil évident (crayon, stylo, pinceau…) un outil numérique. Ainsi l’enfant de 3 ans doit apprendre à se servir d’une palette graphique pour dessiner, ou utiliser un clavier pour transcrire le cursif en script (à 5ans, ok pas 3, mais quand même, bientôt, ils n’apprendront même plus à tenir un crayon) et évidemment, l’appareil photo est numérique (bon ça c’est pas forcément mauvais, mais mes gamins m’ont bousillé tellement d’APN avant leurs 6ans que j’ai du mal à voir une classe de 20 bambins utiliser un APN)

La palme revient quand même au dernier paragraphe du programme intitulé « Utiliser des outils numériques » qui semble avoir été rajouté à la va-vite pour faire genre, voyons, on n’est pas complètement has been.

Je vous le mets en entier (il parlera de lui-même) :

Utiliser des outils numériques

Dès leur plus jeune âge, les enfants sont en contact avec les nouvelles technologies. Le rôle de l’école est de leur donner des repères pour en comprendre l’utilité et commencer à les utiliser de manière adaptée (tablette numérique, ordinateur, appareil photo numérique…). Des recherches ciblées, via le réseau Internet, sont effectuées et commentées par l’enseignant.

Des projets de classe ou d’école induisant des relations avec d’autres enfants favorisent des expériences de communication à distance. L’enseignant évoque avec les enfants l’idée d’un monde en réseau qui peut permettre de parler à d’autres personnes parfois très éloignées.

Donc en gros, des gamins de 3ans (bientôt 2ans avec la scolarisation précoce) vont aller se balader sur Google et se faire des amis sur Facebook (j’exagère).

Parce qu’on parle quand même de gamins qui ne savent pas lire, qui savent à peine comment fonctionne un ordi. Quel intérêt d’aller déjà leur faire visiter Wikipedia ? Alors qu’ils peuvent trouver ces infos ailleurs et manière bien plus efficace (puisque ce sont eux qui feront la recherche) : la bibliothèque, les livres, les visites, les interventions, bref tout ce que le reste du programme met en avant pour « développer la curiosité ».

Le programme ne cesse de marteler « l’apprentissage passe par l’expérimentation, la manipulation physique » et on finit le programme par « dématérialisons une partie de l’apprentissage ».

Pour confirmer que ce paragraphe a été rajouté au dernier moment, je tiens à préciser qu’en plus de se trouver en tout dernier, il est casé non pas dans « Construire les premiers outils pour structurer la pensée » genre, on leur apprend à se servir d’internet et d’un ordi pour avancer dans le monde (ce qui est normal vu que cette compétence, en fait, c’est « Savoir compter et les bases de la géométrie », mais ce n’était pas assez intello comme intitulé), ni dans « Oser entrer en communication » (là c’est « Parler oralement avec d’autres », rien à voir avec l’ordinateur :P) mais dans… attention les yeux :

Explorer le monde du vivant, des objets et de la matière
Parce que voilà, internet, c’est vivant, c’est un objet palpable et c’est fait en terre glaise…

(Pour rappel : les scientifiques déconseillent l’usage de l’ordinateur avant 3ans, de la console avant 6ans, d’internet accompagné avant 9ans et seul avant 12 ans, mais bon…)

Je suis pointilleuse parfois…

Ce moment où le reportage sur Toutankhamon, qui paraissait très sérieux, se met à déraper en comparant « scientifiquement grâce à un morpho-analyste du FBI » le masque funéraire du pharaon avec le buste de Néfertiti et affirme qu’en fait, c’est le masque funéraire de Néfertiti…

Alors que l’authenticité du buste de Néfertiti est quand même sacrément douteuse et que, de toute manière, les « portraits » des pharaons (et de leurs reines) n’ont jamais eu pour but de rendre les traits  réels des rois, mais l’idéal artistique de l’image du roi.

Donc en gros, si le masque funéraire de Toutankhamon ressemble au buste de Néfertiti, c’est normal vu que c’est stylisé par les mêmes canons artistiques de l’époque, et que le masque ne ressemble pas au masque du cercueil intermédiaire, c’est sans doute juste parce que ce n’est pas le même artiste ?

Et qu’on n’a pas besoin de cette analyse pseudo-scientifique (ça aurait été fait sur les crânes des momies je ne dis pas, ou d’après un masque mortuaire, mais c’est fait d’après des oeuvres artistiques stylisées !!!) pour confirmer que, à la base, ce n’était pas la tombe de Toutankhamon, que ce n’était pas son masque, ni son cercueil, ni rien, et qu’on a juste réutilisé d’autres objets…

On le savait déjà et ça n’apporte rien.

Ralala… Je crois que parfois, je préfère encore regarder les reportages sur l’Atlantide et les extra-terrestres, au moins, on sait à quoi s’attendre ! 😛

http://www.france5.fr/emission/toutankhamon-lenquete/diffusion-du-18-05-2016-20h45

Le démon de la lecture

Depuis des mois, nous nous battons pour que notre fils aîné lise autre chose que des BD (pas que nous soyons contre, mais bon, il y a tellement d’autre chose à lire que relire sans cesse les mêmes gags de Gaston)

Des mois qu’on lui dit « Tu sais Harry Potter, c’est bien tu devrais essayer. » Et qu’il nous répond « Nan ! » Parce que les livres sans image de plus de 50 pages lui paraissent trop longs (mais bon 50 pages, il les finit en un quart d’heure, donc cela ne l’occupe pas longtemps)

Et le voilà qui part pour dix jours de classe verte avec seulement deux magazines sur Minecraft qu’il a déjà lus de long en large (mais c’était la seule chose qui rentrait dans son sac à dos… il en aurait bien pris deux de plus), deux magazines pour dix jours, alors qu’il ne peut pas s’endormir sans avoir lu pendant une bonne heure… Du coup, j’ai agi dans son dos, je lui ai acheté le premier tome d’Harry Potter, je l’ai mis dans son sac en cachette avec un mot « Tu verras, si tu t’ennuies, lis ça »

Il a enfin commencé ce p*t*** de livre et il aime ça ! Plus d’un an qu’on le baratine avec des livres sans image, plus d’un an qu’il nous répond qu’il déteste Harry Potter (ou Tara Duncan, ou n’importe quoi qui ne soit pas une BD ou un magazine)…

Bon, ben ça, c’est fait (en espérant que ça dure).

Expérience scientifique

Dans la série « recette qui tourne mal »

J’ai fait ma lessive aujourd’hui. Ma recette est faite pour 10litres de lessive et je l’ai déjà faite deux fois sans aucun problème, quand je dis 10litres, c’est 10litres, point barre.

Donc, je fais exactement comme les autres fois. Sauf que là, mon seau de 12litres a commencé à déborder. Puis ce fut le tour de mes deux bouteilles de 5l dans lesquelles j’avais commencé à transvaser la mixture en débordement… J’ai fini par en mettre aussi dans la bassine à vaisselle et dans la glacière.

A l’œil, je dois en avoir pour 25 litres et ça n’a plus l’air de « monter » (heureusement, je n’ai plus de bac pour contenir le débordement !)

Je ne comprends pas pourquoi, d’habitude, ça ne mousse pas autant (en espérant que ça dégonfle avec le temps parce que j’ai assez de récipient pour conserver 10litres de lessive mais 25, je vais avoir un peu plus de mal… sans compter que niveau lavage, ça risque d’être beaucoup moins efficace)

Pâques Zéro Déchet du radin

Depuis quelques années, je fais mes chocolats moi-même.

Mais j’ai toujours buté sur le problème de Pâques. Parce que je n’emballe pas mes chocolats et que, dans le jardin l’herbe est humide et que les limaces… bon, bref, du chocolat sans protection dans le jardin, c’est niet.

Cette année, j’ai repris l’idée que ma grand-mère utilisait quand nous étions petits. On partait à la chasse aux oeufs, mais il y avait aussi beaucoup d’autres choses. Des petits sachets en tissus avec des cadeaux, des mini-paniers en rotin. Elle devait y passer l’année (à préparer Pâques et la Saint Nicolas, vu qu’on était nombreux et qu’on avait toujours des tas de chaussettes, paniers, sachets en rotin, tricot, couture…)

Des pochettes en tissu

Cette année donc, j’ai repris l’idée mais en beaucoup plus simple : j’ai fait des pochettes en tissus en forme d’oeufs dans lesquels j’ai glissé mes chocolats de pâques (des gros pour les grosses figures, des petits pour les petits chocolats). Cela m’a pris moins d’une heure pour 3 gros oeufs et 34 petites pochettes (attention à les faire un peu plus grand ce que qu’elles doivent contenir, pour ne rien casser en les remplissant)

J’ai fait mes pochettes en forme d’oeuf parce que c’est Pâques, mais n’importe quelle forme fait l’affaire ! Il suffit juste de récupérer des vieux bouts de tissu un peu coloré et ça ira très bien.

Et ça évite d’acheter des oeufs à garnir en bois (chers et uniquement par correspondance) ou en plastique (pas biodégradable). En plus, si vous êtes bon(ne)s couturier(ère)s, vous pouvez vous amuser à mettre des attaches pour les suspendre aux arbres (et les réutiliser à Noël sur le sapin, tiens pourquoi pas !)

D’autres idées

Ma grand-mère, une année, nous avait fabriqué de petits panier en rotin. Si vous avez du temps et de l’imagination, vous pouvez décorer des boîtes de conserves vides (et propres), utiliser l’origami pour faire des boîtes en papier, transformer des bouteilles en plastique ou des tetrapacks en boîte. En fait, le truc, c’est de trouver des contenants et de les décorer un peu (c’est la fête quand même !) Des pots de yaourts, des pots en verre…  Rien n’oblige que ça soit en forme d’oeufs après tout !

Et pour garnir ?

Alors, moi, j’ai fait des lapins, poules et oeufs en chocolat, mais vous pouvez très bien glisser aussi des dinosaures ou des sucettes animaux, ou même si vous n’avez aucun moule, des bouchées de chocolat ou tout bêtement, parce que vous n’avez pas eu le temps de préparer quoi que ce soit, des morceaux de chocolat, des bonbons ou même des biscuits pour varier un peu !

La pub sur internet

Depuis quelques années, j’ai drastiquement réduit ma « consommation » d’internet. En fait, depuis quelques mois, je ne visite presque plus que trois sites internet (hors le mien et gmail) : 9gag, Le Monde et King.

En gros : l’info, la rigolade et le jeu. Il y a bien longtemps que je ne cherche plus à me cultiver sur le net ou à apprendre des choses.

En fait, à force de tomber sur des sites qui te popup pour te dire que tu utilises un bloqueur de pub et que tu dois le désactiver pour continuer, je bannis ces sites au fur et à mesure. De même lorsque je tombe sur plus de pubs (directes ou indirectes) que de conversations intéressantes : j’ai arrêté twitter à cause de ça, la plupart des blogs que je suivais aussi. Lorsqu’il n’y a plus d’échange que dans le service perso, l’autopromo et les liens sponsorisés, ce n’est plus de l’échange, c’est un supermarché géant.

Pour être complètement honnête, j’ai aussi arrêté des trucs intéressants (les MOOC que je suivais, Duolingo aussi), parce que j’avais pas la tête à ça dernièrement, donc ce n’est pas que la pub qui me barbe, même si c’est un gros point noir.

Il n’empêche que la pub est de plus en plus présente. Aujourd’hui, Le Monde (nous y sommes abonnés, mais comme je suis en navigation anonyme, je dois me connecter à chaque fois et pour des articles en « libre lecture », ça me gave), Le Monde donc m’annonce que je ne peux pas lire cet article (je ne sais plus lequel m’enfin, ça marche pour tous je suppose) parce que j’utilise un bloqueur de pub, blablabla, c’est pas bien, blablabla, t’veux la mort du journalisme, blablabla. On me propose donc le choix d’inscrire LeMonde sur la liste blanche d’Adblock (hors de question vu le format que prennent certaines pubs sur ce site), ou de m’abonner « c’est gratuit le premier mois ».

Petit apparté : c’est mal présenté parce qu’il n’y a pas de lien « Je suis déjà abonné-Je me connecte » sur la page de redirection, ce qui fait que je ne peux pas FACILEMENT me connecter, qu’il faut que je cherche comme faire et pour lire un article de 2 paragraphes qui ne m’apprendra rien, ça me gonfle dès le petit déj !

Bref, il y a quelques temps, mon homme pour une question de budget évoquait le fait de se désabonner du monde « à la limite si il faut vraiment économiser ». Ben, là, ce matin, j’ai juste envie de lui dire banco, parce que j’en ai marre qu’on me prenne en otage à cause d’adblock. Je sais que rien n’est gratuit et que la pub, ça paye beaucoup de chose. Mais je sais aussi que pour beaucoup dire « Vous utilisez un bloqueur de pub, vous nous tuez » c’est très exagéré.

Il me reste donc 9gag (en sautant tous les posts sponsorisés pour les jeux vidéos/films/mcdo qui sont plutôt bien intégrés la plupart du temps en « pub discrète ») et King qui annonce clairement la couleur « Pas de Pub » (autre que pour leurs propres produits, mais c’est toujours ça)